Accueil / Job coaching : un dispositif clé pour l’emploi en milieu ordinaire

Job coaching : un dispositif clé pour l’emploi en milieu ordinaire

Job coaching : un dispositif clé pour l’emploi en milieu ordinaire

Alors que la Semaine européenne pour l’emploi des personnes en situation de handicap s’est terminée le 21 novembre, nous revenons aujourd’hui sur le job coaching. En quoi consiste le rôle du « job coach » dans le cadre de l’emploi accompagné ? Quelles sont ses compétences et comment peut-il se former à cette mission ? Quelles sont les perspectives d’embauche en milieu ordinaire des personnes handicapées aujourd’hui ? Une chose est sûre : le job coaching s’avère un outil d’insertion indispensable pour les personnes porteuses de handicap.

Qu’est-ce qu’un conseiller à l’emploi accompagné ?

On l’appelle aussi « job coach » ou « moniteur chargé des détachements en entreprise » (en ESAT). Sa fonction ? Accompagner la personne en situation de handicap et coordonner les différents acteurs liés à l’emploi de cette personne : employeur, intervenants sociaux, équipe soignante, etc. Plus précisément, ce professionnel est responsable de la mise en œuvre du dispositif d’emploi accompagné prévu par l’article 52 de la loi « travail » du 8 août 2016, et précisé par un décret paru le 27 décembre de la même année. Le texte de loi stipule que « les travailleurs handicapés reconnus au titre de l’article L. 5213 – 2 peuvent bénéficier d’un dispositif d’emploi accompagné comportant un accompagnement médico-social et un soutien à l’insertion professionnelle, en vue de leur permettre d’accéder et de se maintenir dans l’emploi rémunéré sur le marché du travail. Sa mise en œuvre comprend un soutien et un accompagnement du salarié, ainsi que de l’employeur ».

Le conseiller intervient dès qu’il y a demande initiale d’aide à l’insertion professionnelle et poursuit son travail tout au long de la période d’emploi.

Quelle est la définition du job coaching ? 

Un dispositif en faveur de l’emploi en milieu ordinaire

Le job coaching est une méthode anglo-saxonne développée en France depuis 2012 au moins, notamment par l’association Messidor. Le dispositif initial privilégie l’insertion directe et le maintien dans l’emploi (place and train). Il fonctionne donc pour les personnes souhaitant une insertion en dehors du travail protégé en ESAT ou adapté (EA). La méthode du job coaching peut aussi être utilisée par les moniteurs d’ESAT chargés des détachements en entreprise. Elle vise à permettre aux personnes de s’intégrer directement dans le milieu ordinaire grâce à l’emploi.

Une initiative née aux États-Unis

L’emploi accompagné a été initialement pensé à la fin des années 1970 aux États-Unis pour des personnes atteintes de déficience intellectuelle. Le constat était que le travail en milieu protégé entretenait une forme de ségrégation et donc d’exclusion sociale. D’autre part, la préparation à l’insertion professionnelle n’était pas jugée efficace pour favoriser l’emploi. L’idée a alors émergé d’intervenir directement auprès de l’employeur pour promouvoir l’embauche de personnes en situation de handicap et favoriser l’insertion.

Pourquoi parler de job « coaching » ?

Tout simplement parce que certains outils du coaching sont mobilisés pour débloquer des situations ou faire émerger des projets chez la personne en situation de handicap.

Quelles sont les étapes du job coaching ?

La mission du job coach commence en amont de la recherche d’emploi. Le professionnel aide la personne en situation de handicap à identifier ses compétences et ses freins à la prise de poste. Une seconde étape consiste pour le conseiller à l’emploi accompagné à évaluer les besoins, aptitudes et motivation de la personne qu’il suit. Il cible ainsi les profils en fonction des entreprises. Il propose aussi une pré-formation, avant la formation in situ au poste de travail. Les premières semaines, son accompagnement est intensif, tant du côté du nouvel employé que de l’entreprise qui l’emploie : aide aux aménagements de poste, sensibilisation au handicap dans l’entreprise, démarches administratives. Enfin, tout au long de la période d’emploi, il réalise des bilans et évaluations. Son accompagnement se fait de plus en plus restreint à mesure que l’autonomie de la personne grandit.

Quelles sont les compétences du job coach ? 

Au carrefour du handicap et du monde de l’entreprise 

Le job coaching exige à la fois discrétion et présence. Expert du monde du handicap, le conseiller doit aussi connaître la culture de l’entreprise. Le succès de la mise en emploi et de son maintien dépendent de son aptitude à :

  • établir un lien de confiance et de collaboration avec les acteurs de l’entreprise ;
  • négocier l’adéquation entre l’emploi proposé et les compétences du candidat ;
  • entretenir un lien de qualité avec le supérieur immédiat du travailleur ;
  • mener un suivi réactif et continu.

Se former au job coaching

Des formations existent pour les travailleurs sociaux afin qu’ils puissent accéder à la fonction de job coach. Chez Epsilon Mélia, nous proposons une formation destinée aux moniteurs chargés des détachements en entreprise. Elle vise à permettre au stagiaire d’identifier les compétences des personnes accompagnées et de les mettre en valeur, ajuster le poste de travail en lien avec l’employeur, favoriser l’autonomie et la prise de poste, connaître le cadre législatif de l’inclusion en entreprise. Le contenu détaillé et les prochaines dates sont à retrouver sur la page de notre formation job coaching.

Quelles perspectives pour l’emploi accompagné aujourd’hui ?

Birck et Clément Bonnet jugeaient décevant le bilan des efforts engagés pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées : « plus de 80 % des travailleurs handicapés restent sans emploi, alors que la plupart souhaitent intégrer le marché du travail ». Des initiatives encourageantes restent cependant à souligner, comme la création en 2014 en France d’une association pour l’emploi accompagné, le CFEA (Collectif France pour l’emploi accompagné) ou le DuoDay. Né en Irlande puis repris en France en 2018, le DuoDay est un événement annuel permettant à une personne handicapée de passer une journée au sein d’une entreprise, d’une association ou d’une autre organisation. En 2020, 12 404 employeurs et 19 113 personnes en situation de handicap se sont ainsi inscrits sur la plateforme duoday.fr.

En septembre 2020, le CFEA estimait qu’il existait une centaine de dispositifs sur l’ensemble du territoire national, en métropole et outre-mer. Aujourd’hui, selon le collectif, plus de 3 500 personnes en situation de handicap et leurs employeurs bénéficient de cet accompagnement. Un nombre qui ne cesse d’augmenter, augurant de belles perspectives pour l’insertion professionnelle en milieu ordinaire des travailleurs handicapés.

Epsilon Mélia propose des formations sur mesure à destination des professionnels et des personnes accueillies en foyer, ESAT ou autres structures spécialisées. Si vous êtes intéressé, contactez-nous !